Une approche rationnelle pour mettre à jour votre installation WordPress • WPShout

By | janvier 28, 2020

trouver un expert WordPress

La possibilité de mettre à jour le noyau, les thèmes et les plugins WordPress à partir du tableau de bord est assez incroyable. Il a fallu un processus qui était à la fois fastidieux et rendu incroyablement simple. Tout le monde peut le faire. Il suffit de quelques clics et vous exécutez les dernières versions de tout.

Cependant, lorsque vous y réfléchissez longuement et longuement, cela peut vous faire transpirer. C'est parce que, aussi grande que soit cette fonctionnalité, il n'y a aucune garantie d'harmonie fonctionnelle. L'application d'une mise à jour pourrait, dans certains cas, casser votre site Web – ou au moins provoquer une ou deux nuisances.

Certes, il existe un certain risque. C'est assez pénible si vous gérez un seul site Web WordPress. Mais pour ceux d'entre nous qui sont responsables de plusieurs sites Web de clients, la pression peut vraiment s'accumuler.

Alors, comment gérez-vous cela? Respirez profondément et pensez à l'avenir. Créez un plan solide et des processus pour le réaliser. Examinons quelques techniques pour atténuer les risques et vous donner une certaine tranquillité d'esprit.

Écran de mise à jour du plugin WordPress.

Préparez-vous à l'inconnu

Si vous vous êtes déjà connecté à votre site Web, avez vu que des mises à jour étaient disponibles et les avez appliquées sans arrière-pensée, vous n'êtes pas seul. C'est ainsi que de nombreux administrateurs de sites WordPress (amateurs et professionnels) font avancer les choses. Des points bonus pour chaque fois que vous avez appliqué des mises à jour de cette façon, sans effets négatifs.

Mais si quelque chose avait mal tourné? Qu'est-ce que tu ferais?

Le pire des cas consiste à essayer à la hâte de reconstituer un site Web cassé (indice: ce n'est pas amusant). Pour éviter cela, il faut une préparation.

Heureusement, ce n'est vraiment pas si difficile. Voici les toutes premières lignes de défense pour éviter une catastrophe de mise à jour. Encore mieux, après la configuration initiale, chacune de ces solutions peut être automatisée dans une certaine mesure. Cela vous fait gagner du temps tout en offrant une protection indispensable.

Conserver les sauvegardes de sites Web

L'un des moyens les plus simples de se prémunir contre les conséquences d'une mise à jour qui a mal tourné est de disposer d'un ensemble de sauvegardes de site récentes. Cela vous permettra de revenir à une configuration de travail. À partir de là, vous pouvez résoudre les problèmes en arrière-plan (plus d'informations ci-dessous).

Les hébergeurs Web exécutent généralement des sauvegardes quotidiennes ou vous fourniront au moins une méthode pour le faire. Bien qu'il s'agisse d'une excellente fonctionnalité, il existe également un réel avantage à disposer de sauvegardes hors site.

Cela peut vous protéger en cas de panne de serveur et vous permettre d'accéder aux fichiers et à la base de données de votre site. C'est une bouée de sauvetage si vous avez besoin de déplacer rapidement votre site Web vers un autre serveur. Non, ce n'est pas exclusivement lié aux mises à jour logicielles, mais important tout de même.

Vous pouvez prendre la mesure supplémentaire de conserver les sauvegardes hors site grâce à l'utilisation d'un plugin ou via un tableau de bord de gestion de site tout-en-un tel que ManageWP, InfiniteWP ou même Jetpack. Ils peuvent mettre une copie de votre site Web sur un service cloud (Amazon S3, Dropbox, etc.), offrant une autre couche de sécurité.

Utiliser un environnement intermédiaire

Un autre élément important de la préparation est d'avoir un environnement de préparation. Il s'agit d'une installation distincte et privée de votre site Web qui vous permet de tester les mises à jour logicielles avant de les appliquer à votre site de production.

La beauté de cette configuration est que vous pouvez découvrir des problèmes potentiels sans aucun impact négatif sur votre site Web public ou ses visiteurs. Si quelque chose ne fonctionne pas comme prévu, vous avez un endroit caché pour le résoudre tranquillement.

Il existe différentes manières d'intégrer la mise en scène dans votre flux de travail. Le plus simple est de trouver un hébergeur qui fournit cette fonctionnalité. Certains ont même un processus «en un clic» qui vous permet de créer un site intermédiaire et de pousser les mises à jour en production.

En dehors de cela, vous devrez peut-être créer un clone de votre site Web et l'installer ailleurs. Cela pourrait être un endroit distinct sur votre hébergeur ou même sur votre machine locale. Pour une expérience plus transparente, vous pouvez intégrer le contrôle de version via un outil tel que Git.

Quelle que soit la configuration de votre environnement de transfert, il peut être très utile d'empêcher le code bogué de se retrouver sur votre site Web. Il est fortement recommandé, en particulier pour les sites très fréquentés et / ou ceux qui acceptent des transactions.

Apprenez à connaître vos mises à jour

Les sauvegardes de site et un environnement de transfert ne sont qu'une partie de l'équation. L'autre partie consiste à comprendre quelles mises à jour WordPress sont disponibles, ce qu'elles font et à les hiérarchiser en fonction de ces informations.

Cela va au-delà de la simple recherche des noms des éléments sur l'écran Mises à jour. Cela nécessite un peu de recherche pour vous assurer que vous prenez la meilleure décision possible en matière de mise à jour. Voici ce que vous devez savoir.

Toutes les mises à jour ne sont pas une urgence

Parfois, on a l'impression que les mises à jour affichées devant nous sont un peu comme un titre "Breaking News". Nous avons tendance à les traiter avec une attention immédiate. Et, même s'il est bon de rester dans la boucle, il y a quelques inconvénients.

La vérité est que certaines mises à jour sont plus importantes que d'autres. Donc, juste parce qu'une mise à jour est disponible pour un plugin, cela ne signifie pas qu'elle doit être corrigée dès cette minute.

Par exemple, supposons qu'il existe deux plugins (Plugin A et Plugin B) sur notre site Internet. Chacun a publié une mise à jour:

  • Plugin A a ajouté une nouvelle fonctionnalité «impressionnante»;
  • Plugin B a corrigé quelques failles de sécurité non divulguées;

Bien que les nouvelles fonctionnalités soient excellentes, les correctifs de sécurité sont essentiels. Dans ce cas, Plugin B devrait recevoir une attention immédiate.

Journal des modifications du plugin Jetpack.

Alors, comment savez-vous quelles mises à jour sont prioritaires? Consultez leur journal des modifications. Pour la plupart des plugins et des thèmes, vous pouvez trouver un lien vers celui-ci dans sa liste sur l'écran des mises à jour de WordPress.

Identifier les problèmes potentiels

En général, les correctifs de bogues et de sécurité sont les mises à jour que vous souhaitez déplacer en tête de la ligne. Les autres mises à jour, comme les ajouts de fonctionnalités et les modifications mineures, ne doivent pas nécessairement être appliquées immédiatement.

De nouvelles fonctionnalités peuvent parfois avoir des conséquences inattendues. Ils peuvent ne pas fonctionner comme prévu avec votre site Web particulier ou provoquer des conflits avec d'autres logiciels.

Donc, avant de mettre à jour, cela vaut la peine de consulter les forums d'assistance. Si votre thème ou plugin est répertorié dans le référentiel WordPress officiel, visitez sa section d'assistance et voyez si d'autres utilisateurs rencontrent des problèmes.

Forums de support WordPress.org.

Les logiciels provenant d'autres sources peuvent nécessiter un peu plus de recherches. L'auteur peut avoir son propre portail d'assistance ou vous pouvez trouver des informations sur un site comme Stack Overflow.

L'essentiel, c'est qu'il est recommandé d'avoir des informations générales sur ce qui a changé exactement et sur les conséquences potentielles. Cela peut vous éviter d'installer involontairement des logiciels problématiques (et le nettoyage ultérieur).

Considérations sur WordPress Core

Les mises à jour du noyau WordPress devraient recevoir la plus haute priorité. Ils incluent souvent des changements importants et sont également largement testés avant d'être expulsés, ce qui augmente la fiabilité.

Les versions peuvent être regroupées en deux catégories générales:

Versions majeures

Les versions majeures ont tendance à avoir un mélange de nouvelles fonctionnalités et de correctifs de sécurité / bogues. Dans la plupart des cas, ces mises à jour sont assez fluides. Cependant, il peut y avoir certaines situations où le fait de tenir un peu est logique.

Par exemple, comme WordPress commence à nécessiter des versions supérieures de PHP, vous ne pourrez peut-être pas effectuer la mise à jour correctement si votre site n'est pas compatible. Il est également possible qu'un plug-in hérité (qui n'est pas activement maintenu) puisse se casser lors de la mise à jour du noyau.

Encore une fois, c'est là qu'un environnement de transfert peut être d'une grande aide. Il vaut mieux le savoir à l'avance, puis mettre un correctif en place.

Versions mineures

Les mises à jour de versions mineures se concentrent généralement uniquement sur les bogues et les problèmes de sécurité. Selon la configuration de votre site Web, ils peuvent être installés automatiquement lors de leur publication. C'est généralement un point positif, car cela peut vous protéger de tout exploit connu ou du jour zéro.

Si vous avez un site Web critique, vous préférerez peut-être désactiver ces mises à jour automatiques afin de pouvoir effectuer des tests en premier. Ensuite, assurez-vous d'appliquer ces versions mineures dès que possible.

La cohérence mène à de meilleurs résultats

S'il y a un point à retenir de ce guide, c'est que la mise à jour d'une installation WordPress nécessite une réflexion rationnelle. Faites les choses une étape à la fois.

Tout d'abord, créez-vous un filet de sécurité sous la forme de sauvegardes de sites Web et d'un environnement de transfert. Le staging vous aidera à détecter les problèmes, tandis que les sauvegardes vous permettront de récupérer rapidement en cas d'imprévu.

Ensuite, prenez le temps d'apprendre les subtilités de votre site Web. Apprenez à connaître le thème actif, les plugins et l'environnement du serveur. Lorsque des mises à jour sont disponibles, lisez les journaux des modifications appropriés et parcourez les forums d'assistance. Cela fournira des informations vitales sur ce qui est en train d'être changé et sur les complications que d'autres connaissent.

Enfin, utilisez cette approche de manière cohérente sur tous les sites Web que vous gérez. Cela peut sembler intimidant, mais il existe des outils pour vous aider. Et, une fois que vous avez développé un processus de mise à jour, cela devient plus facile avec le temps.

Frapper ce bouton de mise à jour sans plan peut être dangereux. Mais suivre les étapes ci-dessus supprimera certains de ces risques et vous évitera ces maux de tête de maintenance redoutés.