Entretien de la communauté Python avec Marlene Mhangami – Real Python

By | juin 17, 2019

Formation Python

Marlene Mhangami nous rejoint aujourd'hui. Marlene est une pythoniste passionnée qui utilise non seulement la technologie pour faciliter le changement social et autonomiser les femmes zimbabwéennes, mais qui est également présidente du tout premier PyCon Africa. Joignez-vous à moi pour parler de ses débuts non traditionnels dans la technologie, ainsi que de sa passion pour l'utilisation de la technologie dans le but de créer un changement social durable.

Ricky: Bienvenue, Marlene! Je suis tellement content que vous ayez pu me rejoindre pour cet entretien. Commençons par la première question habituelle. Comment êtes-vous entré dans la programmation et quand avez-vous commencé à utiliser Python?

Marlene Mhangami

Marlene: Eh bien, je suis issu de la biologie moléculaire, alors au collège, même si j’ai eu quelques interactions avec le code, ce n’était pas vraiment quelque chose que j’utilisais régulièrement. Je me suis toujours intéressé à la technologie et à son impact sur le monde, mais en grandissant, je n’avais personne pour me présenter au concept de codage. Nous avions un ordinateur que nous partagions chez moi et mes frères étaient super ade jeu. Ils étaient tout le temps dessus.

Au lycée, j’ai suivi un cours d’informatique, mais mes professeurs, qui, j'en suis sûr, étaient vraiment très gentils, ne sont pas allés plus loin que les bases de l'utilisation de Microsoft Office et de la mémorisation du nom de différentes parties du matériel. Ainsi, en général, je me suis davantage concentré sur les sciences de la vie et les sciences physiques, et je suis toujours vraiment intéressé par ces domaines.

J'ai étudié un peu aux États-Unis pour aller à l'université, et je me souviens être rentrée chez moi un été et avoir vraiment conscience de la différence entre le Zimbabwe et les États-Unis. De très petites différences culturelles, comme la façon dont les gens traitent les conflits (ce que j'essaie encore comprendre avec mes amis américains) des choses beaucoup plus percutantes comme l’accès au savoir et à l’éducation.

J'ai décidé de commencer à être plus impliqué dans ma communauté locale et, pour une raison quelconque, j'ai décidé d'utiliser la technologie pour m'aider à le faire. J'ai également eu un rêve très vivant qui m'a fait réévaluer ce que je faisais de ma vie.

Après avoir cherché sur Google et organisé une rencontre, j'ai rencontré l'un de mes cofondateurs, Ronald Maravanykia, qui dirigeait à l'époque un atelier de filles Django à Harare. Il m'a présenté Python comme un excellent outil pédagogique pour enseigner la programmation à des personnes qui n’ont pas de formation en informatique. C’était il ya presque trois ans et je suis très reconnaissant que Python soit le langage sur lequel je me suis concentré. C'est vraiment super!

Ricky: En tant que Zimbabwéen, vous êtes passionné par le renforcement des capacités des femmes zimbabwéennes dans le secteur de la technologie et par l’aide aux jeunes filles d’aujourd’hui à poursuivre une carrière dans ce secteur. A tel point que vous êtes le directeur des programmes de ZimboPy, une association à but non lucratif?

Marlene: Oui, comme je l’ai mentionné plus tôt, utiliser la technologie pour créer un changement social durable est une chose qui me tient constamment à l’esprit. Mes co-fondateurs et moi avons décidé de créer ZimboPy afin de donner aux filles de Zim un accès à des connaissances et à des expériences qu’elles n’auraient pas nécessairement ailleurs dans le pays.

Je pense que pour moi, l’objectif final est de créer un modèle dans lequel nous initions les filles à la programmation et, si elles en profitent, de leur offrir une voie pour obtenir des emplois sur le terrain. Le monde de la technologie n’est pas parfait, mais contrairement à la plupart des domaines, il existe des moyens de contourner les contrôleurs d’accès traditionnels et de réussir, que vous ayez ou non le privilège de recevoir une éducation supérieure formelle.

Nous sommes toujours un petit organisme à but non lucratif, et j’apprends de nouvelles choses tous les jours, mais nous avons eu de belles réussites qui me donnent tant d’espoir! De plus, nos semaines de mentorat, où nous présentons aux filles des femmes qui font des choses incroyables sur le terrain et les aidons à construire quelque chose de nouveau, sont ce que je préfère faire toute l'année! Nous avons eu des femmes incroyables comme Ashley McNamara et Emily Freeman à parler. C’est toujours tellement amusant!

Ricky: Vous êtes l’un des 13 membres du conseil d’administration de la Python Software Foundation (PSF). Comment êtes-vous devenu membre du PSF et quel est selon vous le plus gros défi à l'horizon 2020 et au-delà?

Marlene: En fait, je suis rééligible cette année, alors j'espère siéger au conseil d’administration pour 2020. J’ai vraiment vécu une expérience aussi positive jusqu’à présent!

En fait, on m'a présenté le PSF par Lorena Mesa, qui se portait volontaire pour prendre la parole lors de l’une de nos semaines de mentorat ZimboPy au début de 2017. Elle siégeait au conseil à ce moment-là, et nous en avons parlé à l’époque des élections. Elle a vraiment senti que je serais un excellent ajout au conseil. À cette époque, personne d’Afrique n’avait jamais occupé de siège, elle était donc extrêmement encourageante.

Je me souviens d’avoir parcouru la liste des candidats et avoir pensé que je n’appartenais pas à la liste. J’avais travaillé avec la communauté Python locale au Zimbabwe, mais je me sentais vraiment intimidé par les profils de chacun. J'ai fini par accepter de laisser la candidature de Lorena, principalement parce que je n'avais rien à perdre, haha! De manière surprenante, j’ai été élu, ce qui, à mon avis, témoigne de l’engagement de la communauté Python en faveur de la diversité et de la représentation mondiale.

Tant de changements ont eu lieu au cours des dernières années: la formation du conseil de direction, la croissance exponentielle de PyCon et la diffusion de la langue à l'échelle mondiale. Ce sont toutes des choses dont nous avons pu discuter en tant que conseil.

Je pense que définir le plus grand défi est délicat, car cela dépend véritablement du point de vue de chaque individu. Les membres du conseil d’administration sont infiniment plus techniques que moi et ils peuvent probablement aborder toutes sortes de défis concernant l’avenir de Python d’un point de vue plus technique.

Pour moi, mon objectif est d’aider la croissance de Python et de sa communauté à être aussi inclusive et représentative que possible. Je suis récemment devenue coprésidente du conseil d’administration, avec Lorena, et travaille avec l’équipe de blogage. Je voudrais voir une augmentation de la représentation des voix des communautés du monde entier, peut-être un jour avoir des articles de blog et du contenu sur le site officiel dans différentes langues.

J’estime que tout cela est important et que nous devons relever le défi.

Ricky: J'ai eu la chance de vous rencontrer personnellement à la PyCon 2019. C'était votre premier PyCon (le mien aussi). Comment était votre expérience là-bas? Quel a été le moment clé pour vous?

Marlene: J'ai vraiment aimé Pycon 2019 et, bien sûr, je vous ai rencontré, Ricky, et le reste de la Vrai python équipe! J’ai visité plusieurs PyCons en Afrique et dans d’autres parties du monde, mais PyCon US est sans aucun doute une expérience unique.

Une des choses que je préférais de la conférence était la gentillesse et la décontraction de tous. Je passais littéralement devant des gens que je suis sur Twitter, qui ont fait des choses incroyables et qui étaient assis là à manger un sandwich! Je suis un peu drôle ici, mais honnêtement, tout le monde était si accueillant et amusant. Je ne parviens toujours pas à bien comprendre.

J’ai passé tellement de moments exceptionnels, mais je pense que j’aurais dit que le discours principal de Sha Wallace et Jessica Meckeller était extraordinaire. Je déchirais parce que c’est un très bon exemple de la façon dont nous pouvons, en tant que communauté, créer un changement positif! J’ai retiré tellement de notes de ce discours que j’aimerais mettre en pratique ici au Zimbabwe.

C’est une chose supplémentaire, je le sais, mais je voudrais aussi dire que j’ai eu tant de moments exceptionnels en dehors du centre des congrès, comme dîner avec des gens du monde entier et aller dans la galerie d’art locale pour essayer du thé Bubble, aussi généralement juste errant dans la ville. J’ai passé le meilleur temps et j’ai vraiment hâte de voir Pittsburg en 2020!

Ricky: Si ma mémoire est bonne, à la fin de PyCon, Microsoft et Adafruit ont fait don de plusieurs kits de boîtes à lunch Circuit Playground à ramener aux filles que vous avez parrainées au Zimbabwe. Je suis curieux de savoir si vous avez réussi à les utiliser encore? Ou quels sont vos plans, en dehors de les utiliser pour leur apprendre à écrire un CircuitPython?

Marlene: Oui! Ce fut un autre moment exceptionnel (à ajouter aux vingt autres ci-dessus, haha). Je dois discuter avec Nina Zakharenko et Katni d'Adafruit, qui sont parmi les plus beaux êtres humains que j'ai jamais rencontrés! Nous avons dîné ensemble à un moment donné et après, ils ont décidé de faire don des kits à ramener à la maison et à utiliser pour nos programmes ZimboPy.

Je viens de rentrer au Zimbabwe et j’ai commencé à jouer avec les kits moi-même. Le plan actuel consiste à organiser un atelier spécifiquement centré sur CircuitPython pour montrer aux filles qu’elles peuvent jouer et s’amuser pendant qu’elles codent. Je suis super pompé à ce sujet!

Je discutais également avec Kat du potentiel que j'offrais d'accueillir un tutoriel à PyCon Africa avec les forums Adafruit, similaire à ce qu'elle avait présenté sur le stand Microsoft. Si je me sens suffisamment en confiance pour le faire avant juillet, je pense que les participants à la conférence devraient en être attentifs!

Ricky: Comme si tout le travail communautaire que vous faites déjà n’est pas suffisant, vous êtes également l’organisateur du tout premier PyCon Africa! Comment se passe la planification? Pouvez-vous partager des détails?

Marlene: Je suis vraiment ravi que nous en soyons aux dernières étapes de la planification de la conférence. PyCon Africa est le premier rassemblement régional / panafricain de la communauté Python! Nous avons un excellent comité d’organisation composé de personnes qui ont aidé à organiser des Pycon au Nigeria, au Ghana, en Namibie, en Ouganda, en Afrique du Sud et même au Royaume-Uni. C’est pourquoi j’ai vraiment eu la chance d’atteindre cette équipe.

La réponse de la communauté mondiale Python a également été très encourageante. Vrai python est en fait l’un de nos sponsors, ce qui est incroyable. Crier à vous! Je pense que nous allons dans la bonne direction.

Je suis le président de cette année et, bien que tout se passe bien jusqu’à présent, j’ai été surpris de voir à quel point le processus de planification peut être fastidieux. Chaque fois que je regarde, c’est comme si 3 mois s’étaient écoulés! À PyCon US, j’ai parlé à quelques autres organisateurs de conférence régionale et j’étais heureux de constater que je n’étais pas le seul à ressentir cela. Cela peut parfois sembler assez accablant, mais dans l’ensemble, je suis heureux des progrès que nous avons accomplis et je suis convaincu que nous organiserons un grand événement!

La conférence se tiendra à Accra, Ghana, cette année du 6 au 10 août. Nous recherchons des sponsors et les particuliers ont la possibilité d’acheter un ticket de partage parrainer un pythoniste qui n’a pas les moyens d’acheter son propre billet! Vous pouvez trouver plus d'informations sur tout cela sur notre site Web: africa.pycon.org

Ricky: Maintenant pour mes dernières questions. Que faites-vous de plus pendant votre temps libre? Autres loisirs et centres d’intérêt autres que Python et le codage?

Marlene: J'apprécie vraiment les longues promenades sur la plage, haha. Je plaisante, mais je le fais aussi vraiment! J'ai commencé à courir récemment et j'espère pouvoir essayer de me mettre suffisamment en forme pour faire un marathon à un moment donné.

J'aime aussi beaucoup peindre, mais pas de manière cultivée et cool. Parfois, j'aime juste peindre et dessiner pour me détendre. La journalisation de la méditation et de la gratitude est aussi quelque chose que j'aime faire chaque matin, comme un bon moyen de commencer la journée.


Ce fut un plaisir absolu de parler à Marlene. Si vous souhaitez assister à PyCon Africa, les billets sont toujours disponibles. Si vous voulez en savoir plus sur Marlene, ou la contacter et discuter de l’une des choses étonnantes qu’elle fait, alors vous pouvez retrouvez-la sur Twitter.